La Conspiration dépressionniste

Une chance que la STM existe!

21 Avr 2016


Youpi! Je fais partie d’un mouvement collectif! Je ne suis pas un individu seul au monde et neurasthénique; grâce à la STM, je suis quelque chose. Elle m’interpelle et je participe assidûment à la prise de décision. Quand je me lève le matin et me dirige vers le métro, j’ai l’impression que je vais avec autrui dans un endroit qui nous, les utilisateurs-payeurs, appartient : le système de transport en commun montréalais est un environnement commun qui émane d’une volonté collective. Cette volonté se manifeste par une série de gestes tout aussi déterminants les uns que les autres. Par exemple, il y a quelques mois, nous – un nous bien sûr diversifié, multiculturel et jovial –, grâce à des sondages, avons choisi le design des nouvelles voitures, un magnifique dégradé de bleu et de gris, et ensuite nous leur avons donné un nom, Azur, quelle activité significative et plaisante! De plus, sur notre site Internet, mouvementcollectif.org, notre président nous parle constamment et nous demande notre avis. Nous interagissons entre nous et nous nous sentons faire partie de quelque chose, que d’allégresse! Ce qui est le plus intéressant dans tout cela, c’est que nous faisons partie d’un mouvement collectif sans avoir à nous parler ou à fraterniser concrètement. Nous pouvons faire l’économie des rapports concrets qui, avouons-le, sont beaucoup trop sollicitants – ils impliquent tellement souvent d’être à l’écoute de la misère de l’autre –, et sont si peu adaptés au monde moderne.

 

Youpi! Grâce à la STM, l’humanité fait preuve de civisme et d’altruisme! Dans toute sa réflexivité, la STM nous incite à manifester de la politesse en cédant notre place aux vieillards, femmes enceintes et autre infirmes. La STM fait littéralement de l’éducation populaire à l’aide d’affiches. Elle nous apprend ce qui est aimable d’être et de faire. Par exemple, en plus de céder notre place, nous, on aime ça : ne pas retenir les portes, recycler et enlever son sac à dos. De plus, pour nous, la propreté et l’hygiène sont essentielles. En effet, la STM nous rappelle constamment qu’il est apprécié de jeter nos déchets dans la poubelle. Et, si la STM ose déplacer ses bacs à ordures et recyclage, elle publicise abondamment ces changements afin que nous sachions toujours où jeter nos détritus. Brillant! Ah, comme il peut être agréable de se savoir différent des barbares, des sauvages et des animaux, nous, humains, qui sommes tellement plus évolués; la preuve, nous pensons constamment à bien gérer nos matières résiduelles!

 

Youpi! Il m’arrive d’avoir des érections sans objet! Quel plaisir aussi surprenant qu’un peu dérangeant! C’est l’aspect un peu tabou du mouvement collectif, mais il y a un gros érotisme latent dans la STM. Tout le monde mate tout le monde inlassablement. Je suis sûr que nous avons tous, de temps à autre, quand on est assis, ou debout, tout seul dans le métro, d’impromptus frémissements dans les parties génitales. Cela fait partie de l’expérience vécue STM. Il y a tellement de promiscuité dans le métro que ça crée nécessairement une ondulation de pulsions érogènes qui, parfois, sans crier gare, saisissent notre corps. La STM est le lieu d’une libido perpétuelle et anonyme qui s’individualise spontanément et momentanément. Ainsi, à l’occasion, il faut manuellement dissimuler le tout à l’aide de son sac ou en plaçant savamment sa quéquette sous son élastique de bobettes, activité inconvenante tout de même appréciable.

 

Youpi! Je suis informé gratuitement! La STM pense à faire de moi un individu qui connaît le monde qui l’entoure, afin, je présume, de mieux y prendre part voilà pourquoi elle a des partenariats avec des publications gratuites d’une qualité surprenante, le 24h et le Métro. Ces deux quotidiens complets, autant le premier, distribué à l’intérieur, que le second, à l’extérieur, une fois la journée bien entamée, traînent partout dans le métro. On peut quasiment toujours en dénicher un à portée de main, par terre ou sur un banc. On a aussi très souvent la possibilité de lire par dessus l’épaule de son voisin afin d’en savoir plus sur l’actualité internationale et québécoise, le monde du sport et le quotidien des stars. Et, malgré cette surabondance de papier, la STM est soucieuse de l’environnement. Tout cela est savamment récupéré afin de produire encore plus d’édifiants quotidiens gratuits. Qui plus est, nous, en utilisant les services de la STM, participons à la protection de l’environnement, tout un ensemble de publicités est là pour nous le rappeler constamment : nous sommes la planète et la planète nous dit merci! Utiliser la STM nous épargne donc le labeur de planter des arbres et le malaise de réfléchir à tout ce que nous gaspillons dans une journée.

 

Youpi! Je suis en sécurité! S’éloigne de moi le cinglant sentiment de peur de l’étranger quand je vois une série d’agents spéciaux de la STM accoutrés à la façon des agents du SPVM surveiller les stations ou, mieux encore, embarquer avec moi dans le train. Cette présence, bien suffisante pour décourager les petits vandales de laisser libre cour à leur comportement délinquant, me rassure énormément et me permet de jouir davantage de moi-même. Ça me donne l’impression un peu absurde que l’air est plus pur.

 

Youpi! Je suis beau et bon! Tout dernièrement, la STM a compris que, tous, nous devions être nous-mêmes notre propre pub. Un individu heureux est un individu qui se publicise lui-même comme une série d’exploits. Le nous-mouvement-collectif-STM fait exactement cela : il se publicise lui-même et pour lui-même son existence comme une série de petites et grandes réussites. Il a créé, par exemple, une mosaïque de faces d’utilisateurs-payeurs afin que nous nous regardions entre nous et que nous nous trouvions beaux, allumés, écolos, etc., et que nous nous aimions. La STM est donc très bonne pour le narcissisme de ses utilisateurs-payeurs : nous sommes tous des vedettes va-t-elle même jusqu’à dire. Difficile de ne pas s’aimer quand on est une vedette. Ultimement, la STM nous permet, à tous, d’être des héros de la vie moderne !