La Conspiration dépressionniste

 

Une GEDI à la mairie de Montréal

3 Jul 2013


« Ces « GEDI » de la pensée, selon l’abréviation qu’ils ont eu le mauvais goût de se donner […], sont jeunes, beaux – ça aide pour la télé – et étonnamment bien intégrés : l’un est « avocat et polyglotte », alors que l’autre siège sur divers conseils d’administration (Musée des Beaux-Arts, Conseil de la langue française). Ces positions sociales, si on les ajoute à leur présence médiatique, concourent à écarter la rengaine selon laquelle « les jeunes n’ont pas de tribunes pour s’exprimer ». Surtout, elles réfutent la prétention à l’engagement : en refusant de critiquer quoi que ce soit, cette légion de boy-scouts sociaux fait plutôt preuve d’empowerment, un terme de la pensée managériale qu’on pourrait traduire par de « l’embrigadement volontaire ».

Aussi, alors que son animateur ne sait pas encore ce qui va émerger de son « Wikipedia d’idées », on peut lui suggérer l’avenue la plus probable: il va reconduire le monde tel qu’il est. […] Ils vont de fait imiter leurs aînés en s’appliquant à reproduire la structure sociale pour leur plaire et montrer qu’eux aussi sont capables de faire comme les grands. »

- Ex Nihilo nihil fit
"Bulletin dépressionniste IV", Novembre 2010.

 

"Mélanie Joly a mis fin au suspense en annonçant qu'elle briguera les suffrages à la mairie de Montréal en novembre. La nouvelle candidate compte faire connaître dans les prochaines semaines ses projets pour la métropole.

«Aujourd'hui, je me lève au nom de tous les citoyens de Montréal parce que notre ville a plus que jamais besoin que l'on réponde à son appel», a-t-elle affirmé lors de sa conférence de presse au Musée Pointe-à-Callière, lundi. 

Mélanie Joly estime avoir les qualités pour mobiliser et séduire les citoyens, et ce, malgré son manque d'expérience dans l'administration municipale. 

«Ce que Montréal a besoin c'est de leadership et d'intégrité. Moi, je ne suis pas une personne corrompue, et jamais je ne serai une personne corrompue», a-t-elle poursuivi.

L'avocate de 34 ans se présente seule, pour le moment, à titre d'indépendante. Elle croit cependant être en mesure de présenter de futures candidatures aux autres postes dans les prochaines semaines. 

«Je suis une personne rassembleuse, qui va être en mesure de rassembler une bonne équipe pour faire en sorte d'offrir un choix évident aux Montréalais», a-t-elle dit. 

Elle a, de plus, indiqué qu'elle compte présenter des personnes méconnues de l'arène publique. «C'est à nous de nous mobiliser pour le Montréal que nous voulons pour les trente prochaines années», a-t-elle fait valoir. 

Mélanie Joly s'est fait connaître pour avoir cofondé Générations d'idées. Jusqu'à tout récemment, elle travaillait au cabinet de relations publiques Cohn & Wolfe, à titre de directrice associée. 

Elle est la quatrième personne à se lancer officiellement dans la course à la mairie de Montréal.

- Mairie de Montréal : Mélanie Joly officiellement candidate.
"La Presse, 17 juin 2013"