La Conspiration dépressionniste

 

La sensiblerie signée Génération d'ATSA

15 Oct 2011


La sensiblerie est une condamnation morale d’un phénomène qui initie d’emblée un consensus émotif et collectif. Cette montée d’affect agit comme catharsis : l’espace d’un instant, le sensibilisé prend intensément conscience d’un problème abstrait qui le trouble : la pauvreté dans le monde, le péril environnemental, l’hyper-sexualisation de la jeunesse, le sous-financement de la culture, etc. L’expérience politique ou artistique éphémère vise à bien communiquer le message de la sensiblerie. De cette communion collective naît un sentiment si intense qu’il crée la dépendance. La sensibilisation est toujours à recommencer. Plutôt que de suivre l’enchaînement logique d’une campagne politique qui mènerait à un changement effectif, la sensiblerie organisée reste systématiquement au premier stade d’explicitation : elle a tout simplement peur de l’action politique parce que son monde unitaire, qu’elle recrée perpétuellement, va entrer dans le champ de la confrontation et de la division. Il y a toujours une organisation ou une manifestation pour faire pleurer sur les famines d’Afrique; pour mettre le citoyen en garde sur ses habitudes de vie et l’influence qu’elles ont sur les pluies acides, la qualité de l’air ou le réchauffement du climat ; pour déplorer que les fillettes portent des strings en espérant plus tard être aussi hot que Jennifer Lopez.

Hélas, la sensiblerie politique et éphémère que vise l’art « manifestif » manque la finalité sur laquelle elle s’est pourtant reposée dès le départ : le changement politique. En effet, elle évite d’identifier les causes profondes de toute cette misère, elle ne cherche pas à interroger le rôle des gouvernements et des corporations dans l’histoire, l’économie et la politique. Il lui faudrait en outre analyser la possibilité de remettre radicalement en question la culture consumériste en Occident et questionner l’aliénation organisée dans nos sociétés. De tels revirements ne sont possibles qu’à travers une réflexion soutenue, une mobilisation et une action politique qui demandent un engagement profond et durable. 

- Le dépressionnisme dans le champ de l’art contemporain québécois 
« La Conspiration dépressionniste IX »


Génération d’idées (GEDI), avec la collaboration artistique de l'ATSA déploie la livraison de centaines de balais sur le parvis de l’Assemblée nationale.

L’intervention symbolique est destinée à réclamer de manière originale et artistique une commission d’enquête de nature publique dans le milieu de la construction.

Depuis le 26 septembre dernier GEDI suggère aux citoyens d’acheter un balai au coût de 12 $ plus les taxes sur le site de www.generationdidees.ca

Vous pouvez aussi venir et apporter votre propre balai!...en autant qu'il soit propre!

Chaque balai sera personnalisé au nom du participant et livré sur le parvis de l’Assemblée nationale près de la Fontaine de Tourny située à l’entrée donnant sur la rue Honoré-Mercier.

L’ATSA, partenaire artistique de l’Opération Balai, construira une installation éphémère avec les balais des citoyens et créera ainsi une image significative du désir collectif de voir les élus québécois prendre les décisions qui s’imposent.

L'ATSA s'implique dans L'OPÉRATION BALAI avec GÉNÉRATION D'IDÉES, «Événement Facebook»



Sur GÉNÉRATION D'IDÉES :

http://generationdidiots.com/